Ace of Spades

If you like to gamble, I tell you I’m your man
You win some, lose some, it’s all the same to me
The pleasure is to play, it makes no difference what you say
I don’t share your greed, the only card I need is
The Ace Of Spades

Ace of spades

La tranquillité fut de courte durée. On nous avait prévenu qu’une attaque allait avoir lieu bientôt. On s’en doutait aussi. Garder un tel truc dans une forteresse est la meilleure façon de faire venir les ennemis. J’avais révisé mon arme dans la soirée, pour être prêt. Mieux vaut ça qu’un magasin qui lâche en plein combat. C’est fâcheux quand ça arrive. Tout le monde est sur les nerfs, personne n’a pu dormir. Alors on a tapé la discute, tout et rien, pour détendre, penser à autre chose. Même à 3h du mat’ on pouvait pas fermer l’œil et on a joué aux cartes. J’ai pas gagné, me manquait un as…

A vrai dire j’aurai bien dormi, j’suis plus précis avec quelques heures de sommeil. J’ai moins la tremblotte et trembler c’est pas bon dans mon métier, ça fait mal viser. Le jour commence à se lever ; je me lève aussi et parcours un petit dédale de couloirs et d’escaliers pour me mettre en position. Je reste à couvert à l’extérieur et déplace quelques pierres pour me faire plusieurs points de visée. Avec ça j’ai une vue imprenable, à plusieurs endroits, sur tout le champ de bataille. Le problème avec les forteresses c’est qu’on peut pas bien bouger et pour un sniper, bouger c’est la vie. Dès que tu tires, faut que tu te dises que t’es repéré et qu’un autre sniper va pas tarder à t’aligner, alors tu bouges, tu te trouves un autre coin et tu tires une fois, juste une fois. Faut pas rater sa cible, c’est le problème. Alors avec la tremblotte… Mais j’ai l’habitude, c’est pas ma première mission, loin de là.

AOS- Cover

Mes petits trous de rats creusés, j’ajuste ma lunette et me mets en place, scrutant l’horizon dans l’attente de voir les premières troupes ennemies. Il fait encore un peu sombre, ou plutôt, la luminosité est imparfaite, entre la nuit et le jour ; rien de plus horrible pour discerner les silhouettes et viser juste. Comme avant une tempête c’est le silence total. Tout le monde dans la base est à son poste, arme au poing et prêt à faire feu. J’ai l’impression que l’atmosphère s’alourdit, s’électrise. On sent que ça approche et l’intuition voit juste.

Brisant le silence et le calme, une roquette sort de nulle part et fait éclater les pierres à quelques mètres de ma position. Le sol tremble mais rien de grave. J’épaule le fusil et m’allonge pour mieux viser. L’homme de la roquette est recroquevillé dans un coin, rechargeant. Dommage pour lui, il aurait dû mieux se cacher. Mon geste est vif et précis, je vise, je tire, je bouge. Avant de quitter la lunette des yeux, j’ai pu apercevoir le soldat tomber. Première victime.

En quelques minutes la bataille fait rage. La forteresse est attaquée de toutes parts et des pans entiers ont été détruits. Un nuage de poussière a envahi tous les couloirs et pièces de l’édifice. Difficile de se déplacer et surtout de respirer mais je ne dois pas m’arrêter, pas maintenant. La fin est proche, il faut qu’on tienne encore un peu avant l’arrivée de la cavalerie. J’ai été touché à la jambe, un sniper ennemi qui m’a eu entre deux points de tir. J’ai fui un coin bombardé et, dans la précipitation, je suis passé par une partie à découvert… Erreur de débutant. J’ai eu de la chance, l’angle de tir n’était pas bon pour lui.  Je ne sais pas comment ça se passe en bas mais de mon côté j’ai aligné pas mal de monde. Pas que j’en sois fier mais quand même, j’ai sauvé plusieurs de mes petits camarades. Y a des snipers pas fute-fute qui restent au même endroit. Ils doivent sortir de l’école. Enfin, faudrait pas que je m’avance trop non plus, la journée est pas encore finie et une balle entre les deux yeux est si vite arrivée.

AOS-sniper

J’entends qu’on court dans les couloirs en dessous. Absorbé par l’élimination des snipers j’ai même pas fait gaffe comment ça se passait sur le champ de bataille. Un rapide balayage m’invite à penser que l’ennemi est proche. Ils ont dû ouvrir une brèche. Ils ont des mineurs capables d’ouvrir un tunnel d’une centaine de mètres en un rien de temps. J’espère qu’on couvre mes arrières mais par précaution, vaudrait mieux que j’aille me planquer ailleurs. On sait jamais.

Je replis le trépied de mon fusil, range sa lunette et l’enfile autour de l’épaule. Mon petit pistolet à la ceinture est prêt, pour éviter les mauvaises surprises. Je cours, me faufile dans les dédales de couloirs, grimpe le plus possible pour arriver sur le toit. Leur but, c’est le coffre, j’ai donc une chance. Mais la chance n’arrive pas toujours au bon moment. Et elle tourne vite. Tourner à droite plutôt qu’à gauche, continuer tout droit ou monter, un choix même aussi simple peut mener à de biens différents résultats. Moi par exemple, j’aurai dû tourner à gauche, pas à droite. Je ne sais pas quels ont été les mécanismes qui m’ont fait prendre cette décision mais en tournant à droite, je suis arrivé sur un couloir un peu plus long que d’habitude, une coursive sans doute. J’aurai encore eu le temps de rebrousser chemin mais non, l’adrénaline du combat qui m’entourait, la précipitation… A mi-parcours je ne peux qu’observer, incrédule et toujours courant, une silhouette entrer dans le corridor, l’arme au poing. Je n’ai même pas le temps de m’arrêter, tout va trop vite. Ma vision se brouille, et un frisson de froid se répand à partir de mon ventre. C’est là qu’il m’a touché. Trois balles qui arrêtent ma course et me font tomber à terre.

C’est la fin, game over.

http://www.aceofspades.com/

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s