Deadbuild

Il était une fois, dans une paisible prairie où tout abonde et bordée de forêts, un des derniers campements de l’humanité. Dirigé par un nain avec une forte propension à la boisson à base d’orge, ils doivent faire face, chaque nuit, à des invasions d’êtres rejetés des enfers, ni morts, ni vivants. Chaque jour est une course contre la montre ; chaque nuit, une lutte pour la survie. Voici leur histoire.

Deadbuild

Allez, une dernière et faut s’y mettre. Le soleil se couche toujours bien trop vite. Finie la vie de mineur dans les cités souterraines, finies les soirées à la taverne à boire jusqu’à plus soif. Plus question de s’assoupir pour décuver. Aujourd’hui c’est le coup de grisou qui plane à chaque instant. Plus de repos, plus d’espérance, de la survie dans son plus simple appareil. Vivre un peu plus longtemps, voilà notre combat. Mais pour quoi ? Je ne sais pas pour les autres mais personnellement c’est par orgueil. Mourir dévoré par une bande de zombies écervelés et devenir l’un d’eux ? Jamais !

Bon, plutôt que de me poser des questions stupides je devrais plutôt aller surveiller le campement. Les entrepôts n’ont pas subit trop de dommages et les bucherons y vont de bon cœur. Tout comme les mineurs d’ailleurs. A ne pas savoir s’il y aura un demain, on en apprend à aimer les choses simples, à s’émerveiller de la moindre chose. Voir ces hommes et ces femmes travailler ensemble pour protéger la vie, quoi de plus beau ? La nourriture aussi est abondante dans le coin, heureusement d’ailleurs. Les zombies nous donnent assez de file à retorde, pas besoin d’une famine sur les bras en plus.

Hier, on a enfin pu construire notre camp d’entrainement et former les premiers soldats. Postés sur les tours, ils peuvent tirer leurs pluies de flèches sur ces abominations pendant que je reste au sol pour ceux qui marchent encore. Mais il faut construire toujours plus de tours, les réserves de pierre diminuent à vitesse grand V. Heureusement qu’on a récupéré un magicien. Il a pu nous concocter un sortilège glaçant qui permet de ralentir les hordes morbides. Ça facilite le travail.

deadbuild (2)

La journée est sur le point de finir, le soleil a presque disparu. Entre chiens et loups, le temps s’arrête pendant un court instant ; moment de silence dans le campement où chacun s’arrête et prend une grande respiration, une dernière rasade de bière ou fait une prière. Puis la cloche sonne et chacun se prépare à l’assaut, inéluctable. Ma hache est prête et les soldats prennent leurs positions. Nous avons pu bâtir deux nouvelles tours en pierre et deux tourelles magiques. Est-ce que cela suffira ? On verra bien…

La première tour vient d’allumer son feu, les ennemis approchent. L’atmosphère devient lourde, pesante, comme si l’air se réchauffait et se chargeait d’électricité. Les bruits au loin me dégoutent déjà, cris inhumains et râles d’au-delà. L’odeur de pourriture me parvient, porté par un vent maudit. J’entends les premières trombes de flèches et des flammes montent par-dessus la cime des arbres. Le combat fait rage mais ces choses ne s’arrêtent jamais. Les tours suivantes allument aussi leurs feux et se lancent à l’attaque. J’ai rameuté quatre nouveaux soldats pour barrer la route au sol, dernier (et bien maigre) rempart pour protéger le village.

deadbuild (3)

Comme tous les soirs j’espère que je n’aurais pas à user ma lame, tous les matins je dois pourtant la nettoyer. M’est avis que ce soir n’échappera pas à la règle, j’aperçois déjà les silhouettes d’outre-tombe s’avancer. J’espère revoir le soleil…

http://deadbuild.zzl.org/#

Téléchargement gratuit : https://www.dropbox.com/sh/fwf90flp63uzknx/qjeH3c10dQ/Code/deadbuild1.0.5.rar

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s